mardi 16 octobre 2018

NaNoWriMo 2018






Avec Renée Gendron (à droite)



Je participe à NaNoWriMo (National Novel Writing Month) depuis trois ans. Le but de ce projet est d’écrire 50 000 mots pendant le mois de novembre. Pour les auteurs à temps plein, c’est un objectif facile à atteindre. C’est la longueur d’un roman pour adolescent. Pour d’autres comme moi, NaNoWriMo donne la motivation nécessaire pour écrire chaque jour. Les deux manuscrits que j’ai écrits lors de mes deux premières expériences ne verront pas le jour, mais cela m’a permis de terminer un premier jet au complet.

Pour atteindre 50 000 mots, il faut en taper environ 2 000 par jour. Pour y arriver, il faut planifier des séances d'écriture, même si vous n'avez que 30 minutes.  Le but de NaNoWriMo est d’écrire chaque jour sans se rendre malade. En novembre, je me concentre principalement à l’écriture et cela m’a permis de gagner deux fois. En même temps, je dois me rappeler que le monde n’arrêtera pas de tourner, si les 50 000 mots ne sont pas écrits avant le 30 novembre. 
Si vous êtes aussi têtu comme moi, je vous conseille de planifier votre manuscrit et de remplir une feuille descriptive de vos personnages avant le 1er novembre. Plus de détails vous aurez, plus vous augmenterez vos chances d'atteindre votre objectif. Pour vous motiver, vous pouvez joindre un groupe local qui organise des séances d’écriture tout au long du mois. Pour le trouver, visitez le site officiel de NaNoWriMo : https://nanowrimo.org/. Je me rends souvent aux rendez-vous et voir les autres écrire me motive à le faire.
L’agenda devient mon meilleur ami en novembre. Pour bien m’organiser, je choisis les séances d’écriture qui sont le plus près. Si vous habitez Ottawa, les MLs en organisent plusieurs à travers la ville. Quand les séances sont trop loin, je planifie d’écrire à la maison pour éviter de perdre du temps sur la route. 
Il faut aussi s’écouter, si j’ai une semaine surchargée, je m’accorde le droit de prendre une pause, car je sais que je vais passer la séance à fixer mon écran sans avancer. Lors de ma première tentative, j’avais déjà terminé mon manuscrit et j’ai décidé de le corriger. C’est là que j’ai réalisé l’ampleur du travail et que j’ai besoin de me concentrer. 
Si comme moi le moindre bruit vous dérange, c’est important de bien choisir les séances d’écriture puisque la majorité se passe dans des cafés et qu'il y a beaucoup de va-et-vient. Pour cette raison, je vais à celles qui se déroulent à la bibliothèque et j’écris la majorité du temps à la maison. Avec mon travail, j’ai aussi appris à créer un mur autour de moi , ce qui n’est pas chose facile. Malgré mes efforts, je suis souvent déconcentré et je n’avance pas autant que je le souhaiterais.

Lors de ma deuxième année, j’ai fait l’erreur de choisir un sujet que je trouvais intéressant, mais que je connaissais plus ou moins. Je vous conseille d'écrire sur un sujet que vous connaissez très bien et qui vous passionne. Si vous tenez à écrire sur un sujet que vous maitrisez moins bien, c’est recommander de faire vos recherches avant novembre pour ne pas prendre de retard.

Pour ceux et celles qui atteignent 50 000 mots, attendez avant d’envoyer votre manuscrit à un éditeur ou un bêta-lecteur. Il s’agit d’un premier jet et il doit être retravaillé avant d’être partagé. Si vous écrivez un roman pour adulte, cela représente environ que la moitié de votre manuscrit. Je comprends que vous aurez envie d’obtenir des commentaires, mais par expérience, je recommande d’attendre que votre manuscrit soit terminé et corrigé au mieux de votre connaissance avant de le faire lire pour que votre histoire conserve votre point de vue. Le premier jet n’est que le commencement. La correction prend deux fois plus de temps. C’est aussi important de se mettre dans la tête d’un lecteur durant la relecture pour voir les failles du texte.

Le premier prérequis pour faire NaNoWriMo est la passion pour l’écriture, car vous allez avoir des doutes et pas seulement durant un mois. Si vous désirez le mettre en ligne ou même juste le faire lire par votre entourage, vous prenez le risque d’obtenir des commentaires négatifs et des refus. Sans compter, plusieurs se découragent face à l’ampleur du travail.  De nombreuses fois, j’ai fait des séances de dédicaces de 6 heures pour vendre seulement un livre et ce n’est pas la majorité des lecteurs qui acceptent de dépenser le plein prix pour un roman.  C’est important de ne pas trop avoir d’attente et d’être prêt à mettre les efforts nécessaires pour réaliser son rêve. Cela m’a aidé de joindre deux associations et de discuter avec des auteurs qui vivent les mêmes choses. Toutefois, il faut être prudent et de trouver les bonnes personnes à qui se confier. 

Je vous souhaite un mois de novembre rempli de péripéties.

The English version of this article is on Renée Gendron blog, you can find it there : http://reneegendron.com/word-crafting/getting-ready-for-nanowrimo Thank you for giving me the opportunity to write it.


Peter Pan de Simon Rousseau

publié par AdA dans la collection les contes interdits 4 e de couverture Une vague de drogués se jetant du haut d’immeubl...